1. Vos élèves s’emparent du projet !
  2. Une motivation débordante, au service des apprentissages fondamentaux
  3. Une motivation pour l’extraordinaire, au service du vivre-ensemble et d’une citoyenneté avertie
  4. Une motivation contagieuse qui s’élargit au cercle familial

Vos élèves s’emparent du projet !

 

À la fin de l’année 2016, les professeurs nous ont appris que leurs élèves avaient très vite pris en main le projet et ainsi :

  • 73 % des élèves écrivent eux-mêmes les questions et réponses sur twitter (après validation ou non du professeur).
  • 78% des élèves rédigent eux-mêmes les reportages culturels sur leur page de classe (après réflexion collaborative en groupe ou en classe entière).
  • 81% des élèves naviguent seuls sur la plateforme d’échanges

 

Témoignages de professeurs :

  • Ce qui était extraordinaire : voir arriver mes élèves en courant à l’école pour découvrir de nouveaux reportages.
  • Les énigmes ont été très porteuses d’un travail de groupe avec des initiatives différentes pour s’imprégner des indices et découvrir les pays mystères.
  • Certains ont pris conscience qu’ils avaient de la chance d’aller à l’école !

 


Une motivation débordante, au service des apprentissages fondamentaux

Ce projet fil rouge vous permet d’articuler et de ludifier de nombreux apprentissages du programme scolaire. Vos collègues de l’année précédente ont ainsi utilisé le projet comme support aux enseignements suivants :

  • 100% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement de la géographie
  • 100% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement des TICE
  • 92% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement de l’expression écrite
  • 86% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement de l’éducation civique
  • 84% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement de l’expression orale
  • 73% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement des arts visuels
  • 70% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement de la lecture
  • 49% des professeurs ont utilisé Le Voyage de Pelico comme support à l’enseignement des langues étrangères
  • Le Voyage de Pelico a également servi de support à l’enseignement du sport, de l’histoire, des mathématiques, des sciences, etc. (pour moins de la moitié des professeurs)

Témoignages de professeurs :

  • Pelico donne le goût d’apprendre à mes élèves
  • Ce voyage m’a permis d’avoir un support vivant et au fait de l’actualité pour illustrer voire étayer l’enseignement de la géographie, de l’instruction civique et morale, des arts visuels.
  • Ce projet m’a permis de réellement allier le concret aux apprentissages (on apprend à écrire pour être lu et en l’occurrence dans ce projet pour être lu par d’autres classes en France et dans le monde). La géographie a été beaucoup plus facile à aborder lorsqu’il a fallu utiliser un planisphère (repérer les continents, les océans…)
  • Le projet est en liaison avec les nouveaux programmes.

Une motivation pour l’extraordinaire, au service du vivre-ensemble et d’une citoyenneté avertie

 

 

Même s’il est toujours délicat de quantifier ces résultats, les témoignages des professeurs des années précédentes suggèrent que le voyage de Pelico améliore chez leurs élèves leur compréhension des autres, leur capacité à se questionner et le respect dont ils font preuve face aux différences.  

Voilà quelques-uns de leurs témoignages:

  • Dans un reportage où les enfants expliquaient leurs « responsabilités » à l’école, j’ai mis pause juste après le titre « certains enfants ont des responsabilités » et mes élèves ont réagi en disant « ah c’est comme nous ». Quand ils ont découvert quelles étaient les responsabilités des enfants à Madagascar ils ont été très étonnés, surpris (aller chercher de l’eau au puits et passer le balai après la classe). Leurs réactions ont été très respectueuses.
  • La recherche de ce qui dans notre environnement pourrait être susceptible d’intéresser les autres, à développer chez eux de l’empathie
  • Nous avons pu avoir un grand débat citoyen sur les conditions de vie matérielles des élèves avec les reportages à Madagascar notamment – l’argent fait-il le bonheur?
  • Des élèves ont été impressionnés par l’attention des enfants malgaches en classe, de la discipline dont ils font preuve à l’école: leur motivation d’apprendre est très forte
  • Sur les vidéos de Madagascar, la discussion a été lancée sur les droits de l’enfant et tout un travail a été fait dessus.
  • Le plus grand débat a été celui sur la condition animale avec une vidéo autour de la corrida. Certains enfants étaient totalement contres mais ils ont compris que c’était une tradition espagnole.
  • Les reportages nous ont permis d’avoir de nombreux débats autour de la différence, du racisme de la tolérance.
  • Par Le Monde nous a permis plusieurs discussions sur les différences et points communs entre nos modes de vie (à l’école, à la maison, les fêtes et traditions…)
  • Il y a eu des discussions sur la séparation des garçons et des filles suite aux visionnages des reportages à Oman

 


Une motivation contagieuse qui s’élargit au cercle familial

 

Pourquoi nous proposons vous des identifiants personnels pour chacun de vos élèves ?
Nous nous sommes rendus compte que les élèves étaient tellement motivés par le projet, qu’ils prenaient des nouvelles de Pelico en rentrant chez eux le soir et pendant les vacances. Parents et enfants se prennent au jeu au fur et à mesure de l’année et vont consulter ensemble les reportages après l’école.

La fréquentation de la plateforme hors temps scolaire représente 50% de la fréquentation totale. En semaine après l’école, on observe un grand nombre de connexions entre 17h et 21h.

Cela confirme le retour des professeurs selon lesquels :

  • 62% des parents d’élèves consultent les productions de leurs enfants : reportages réalisés sur leur quotidien en classe et leur culture locale et nationale.
  • 60% des parents d’élèves en France consultent les productions des élèves à l’étranger.